FERTIM - Biodiv

Fertim-Biodiv

Effet de la gestion des résidus d’abattage et du régime de fertilisation sur la croissance des arbres et la fertilité des sols dans des replantations d’hévéas en Côte d’Ivoire.

 

 

 

 

Le projet FERTIM est un projet porté par l’UMR Eco&Sols qui implique différentes institutions ; l’INRAE, l’Université Blaise Pascal et l’IRD. Ce projet est financé par l’IFC et les professions et les compagnies hévéïcoles SIPH, SOCFIN et Michelin. Au sein de ce projet l’IRD porte un projet spécifique FERTIM Biodiv " Biodiversité et fonctionnement du sol "

La préservation de la qualité du sol fait partie des aspects à fort enjeux dans le contexte hévéicoles actuel et constitue un levier significatif pour tendre vers une production durable de caoutchouc naturel (CN). En hévéaculture, le risque le plus important de perte de qualité du sol a lieu pendant la période de replantation. Cette période s’étend de l’abattage d’une ancienne plantation à la nouvelle plantation de jeunes hévéas, pendant ce temps, le sol subit de nombreuses perturbations : tassement, déstructuration, augmentation de la température de surface, perte de nutriments, etc. Une telle érosion de la qualité des sols est susceptible d’impacter négativement la croissance des jeunes hévéas. Il s’agit donc d’investiguer des pratiques culturales innovantes permettant d’améliorer la restauration des fonctions du sol après la replantation. La gestion des résidus d’abattage est une pratique culturale qui constitue un levier pertinent et intéressant pour répondre à cette problématique. D’une part car il est reconnu que la matière organique joue un transversale dans le maintien des fonctions du sol ; d’autre part car l’effet des résidus sur le sol n’a encore jamais été étudié en hévéaculture ; enfin car le rôle des résidus sur des indicateurs de qualité du sol et sur la croissance d’arbres a déjà été démontré dans le cas de culture forestière tropicale.


Objectifs

L’objectif général de ce projet FERTIM est de caractériser l’effet des résidus d’abattage sur la qualité et la biodiversité du sol. Plus précisément, comment la biodiversité et le fonctionnement biologique des sols sont affectés :

  • Avant la plantation : par les pratiques d’abattage et de préparation du sol (perturbation) ?
  • Après la plantation, par la gestion des résidus (en d’autres termes, comment les différentes modalités de gestion de la MO va affecter la durée de restauration du système) ?

Un des objectifs appliqués de ce projet est de caractériser les espèces indicatrices de la restauration du système sol sous hevéa.  

Hypotheses

L’ajout de MO sous forme de résidus va permettre de limiter la perturbation de l’activité biologique du sol engendrée par cette phase de transition et d’accélérer le processus de restauration de la biodiversité et du fonctionnement du sol (recyclage des nutriments et stockage du carbone organique notamment).

Méthodes

  • Qualité des sols mesurés par Biofunctool
  • Biodiversité du sol
  • Microorganismes : méthodes de séquençage haut débit illumina
  • Collemboles Nématodes et macrofaune : méthodes d’identification manuelles

 

 

Date

2018 - 2021

Financement

  • Institut français du caoutchouc
  • Sociétés SIPH, SOCFIN et Michelin

Contact et Informations

Alain Brauman, UMR Eco&Sols, IRD Montpellier

email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

FaLang translation system by Faboba