Soutenances Thèse et HDR

HDR de Claude Hammecker le 14 juin à Orléans et de Yann Nouvellon le 15 juin à Montpellier

 

Claude Hammecker soutient le 14 juin son HDR "Quantification et modélisation des transferts d'eau et de solutés dans les milieux poreux: application à plusieurs contextes anthropiques en zone tempérée et tropicale" à Université d'Orleans. 13h30. Batiment ISTE 1A rue de la Férolerie, Salle du conseil de l'OSUC (E001)

Les activités de recherches présentées dans ce document concernent à la fois les travaux entrepris pendant mon doctorat en pétrophysique et géologie ainsi que durant ma carrière de chercheur à l’IRD en pédologie et physique des sols. Le fil conducteur entre ces disciplines a priori assez différentes est la caractérisation des propriétés physiques des milieux poreux (roches et surtout sols) ainsi que les propriétés hydrodynamiques qui en découlent, pour enfin expliquer et tenter de simuler des processus de transferts d’eau et de solutés appliqués à des problématiques généralement lié à des activités anthropiques. Ils concernent les mécanismes de dégradation des roches sur les monuments, les problèmes de salinisation des sols, ou la l’établissement des bilans hydriques et de nutriments dans les sols dans la thématique de l’écohydrologie en zone tropicale. Au cours de ce  parcours en grande partie en coopération dans différents pays et continents, la formation d’étudiants, de doctorants et de partenaires a également tenu une part importante 

 

Yann Nouvellon soutient le 15 juin son HDR "Etude et modélisation du fonctionnement hydrique et carboné de plantations tropicales" dans l'Amphithéâtre J. Alliot, Cirad, Lavalette, Montpellier. 13h30.

Mes recherches ont porté sur l’écophysiologie et les cycles de l’eau et du carbone de prairies semi-arides (jusqu’en octobre 2000), puis de plantations à croissance rapide (actuellement), et bientôt d’Hévéas.

Pour cela je m’appuie sur des dispositifs in situ très instrumentés avec notamment des mesures de flux par la méthode des covariances-turbulentes, et des mesures de flux au niveau des différents compartiments de l’écosystème. Les principaux processus étudiés sont la production primaire, les allocations de carbone dans l’arbre, la respiration autotrophe et hétérotrophe, la croissance, la sénescence, les flux de chaleur sensible et latente, les transferts radiatifs. Les données sont utilisées pour développer des modèles écophysiologiques (SVAT et croissance), qui sont spatialisés en utilisant des données satellitaires. Ces travaux sont menés en collaboration avec divers instituts Français, dont l’Université de Nancy, l’INRA, l’IRD, le CEFE, et étrangers (USDA, CRDPI, Université de Sao Paulo, UNESP, IPEF, EMBRAPA, Université de Caroline du Nord, etc.).

 

Toutes les thèses et HDR des 5 dernières années sont listées ICI

 

 

FaLang translation system by Faboba